La supervision… individuelle ou collective ?

La supervision est une forme de soutien professionnel permettant de s’entraîner et développer son identité professionnelle et ses compétences de coach dans un environnement bienveillant et protégé, en face à face avec un superviseur (supervision individuelle) ou en groupe de pairs animé par un superviseur (supervision collective). Il n’est pas forcement aisé pour le coach de choisir entre ces deux méthodes, bien différentes sous plusieurs aspects. Alors, comment choisir ?



 

Tout d’abord, qu’est-ce que la supervision ?


En premier lieu, la supervision répond à une obligation déontologique, pour tout coach, de disposer d’un lieu périodique de prise de recul sur sa pratique de coach et de renforcement de ses compétences professionnelles, ainsi que d’un espace de développement personnel. Au-delà d’un simple échange de « bonnes pratiques », il s’agit d’un dispositif systémique et continu de développement personnel et professionnel.


Cette démarche d’accompagnement implique un engagement dans la durée, et se déroule selon une périodicité définie au préalable en fonction des besoins évalués par le coach et son superviseur. La méthode de supervision permet de combiner un travail sur les trois dimensions : développementale, didactique et expérimentale.


Pour en savoir plus sur la méthode, les objectifs et les bénéfices d'une supervision de coachs, - question que nous ne traiterons pas ici dans sa globalité - voici deux articles qui explorent plus en profondeur ces sujets : La Supervision de Coachs - En quoi la supervision est-elle indispensable dans le métier de coach?



Comment choisir sa supervision ?


Nous pouvons facilement observer autant d’approches que de courants de pensée et de cadres théoriques : chaque superviseur de coach s’inspire d’au moins un courant de pensée ou cadre théorique (allant des approches analytiques aux approches comportementalistes, systémiques, existentielles ou intégratives).


Pour bien choisir sa supervision, il faut prendre en compte 3 critères importants :

  • la méthode de supervision utilisée,

  • le coach-superviseur (lui-même),

  • et le type de supervision (individuelle ou collective).


Nous nous intéresserons ici au type de supervision, bien que le choix de la méthode et du superviseur soit tout aussi important et pourrait bien faire l’objet d’un prochain article. Nous allons voir quelles sont les avantages et les limites de ces deux formules afin de vous donner quelques éléments de réflexion qui pourraient peut-être vous aider à y voir plus clair.



Les avantages et les limites de la supervision individuelle et de la supervision collective


La supervision collective


En général, elle coûte moins cher (prix ramené au coût horaire), et c‘est probablement une des raisons qui pousse certains coachs à choisir plutôt le groupe, surtout lorsqu’on commence son activité et qu’il n’est pas forcément évident de dégager ce budget.


Egalement, ce type de format permet de rompre son isolement, de bénéficier de la dynamique de partage du groupe, de son intelligence collective et de sa créativité.


Pour les coachs qui démarrent leur activité, l’espace en groupe est particulièrement efficace pour des questions de développement et de construction du style de coaching. Il élargit aussi le champ de l'expérience grâce aux partages des pratiques. Cela permet également de s’inspirer des questions posées par ses pairs.

Pour les coachs plus expérimentés, c’est plutôt un espace d’approfondissement qui permet d’affûter sa pratique.


En revanche, pour quelqu'un qui démarre, le groupe peut impressionner. Ce n'est pas forcément facile de prendre la parole devant un groupe pour exposer ses peurs, ses doutes, ses erreurs, et même parfois des questions intimes sur son identité de coach.

En outre, la supervision collective nécessite de bloquer en général une journée complète et selon un calendrier contraignant fixé à l'avance, à l'inverse de la supervision individuelle qui est moins coûteuse en temps et bien plus flexible.



La supervision individuelle


Elle offre un cadre plus intime, plus rassurant et plus sécurisant. Il s’agit d’un espace plus privilégié où on est seul avec son superviseur et où certains sujets sont beaucoup plus simple à aborder.


L’espace individuel est donc particulièrement puissant face à des enjeux de développement identitaire. Ces types de questions sont souvent plus facilement posés et approfondis en supervision individuelle. Dans certains cas, elle permet ainsi de travailler plus en profondeur sur une problématique plus personnelle.


Par ailleurs, la supervision individuelle offre une confidentialité des échanges plus sûre. Ainsi, certains seront nettement plus à l’aise et préfèreront être supervisé en individuel pour prendre un maximum de précautions.


En revanche, le format individuel est plus « limitant » pour le développement du réseau et les échanges entre pairs, à l’opposé de la supervision collective qui permet de tisser des liens et voir même de construire la base de futur(s) partenariat(s).



Mais il y a aussi d’autres possibilités


La combinaison des deux types de supervision… individuelle ET collective !


La combinaison des deux méthodes est aussi une option. Certains coach(e)s éprouvent le besoin ou l’envie de faire les deux : supervision collective d’une part et supervision individuelle à la demande d’autre part.


C’est un investissement important mais il est particulièrement puissant pour ceux qui le choisissent, combinant ainsi, en fonction des besoins, les avantages des deux méthodes.



La supervision-mentoring


La supervision-mentoring, combinaison de la supervision collective avec du mentoring axé sur le business, est également une alternative à prendre en compte.


La supervision, une fois combinée au mentoring, devient un espace de valorisation de ses talents. C'est aussi un espace d’émergence de la créativité et de l’innovation, de réponses aux interrogations de ses besoins de développement et de co-création.


Elle permet également de développer votre business en concevant des stratégies de développement personnalisées et innovantes.



En résumé


Nous avons vu que ces deux types de supervision avaient leurs propres avantages et leurs limites, sous différents aspects. Néanmoins, ils ne sont pas totalement différents et peuvent être complémentaires.


De ce fait, il s’agit avant tout d’un choix personnel qui devrait être guidé par ses propres besoins, ses enjeux, son activité et ses affinités. Le coach supervisé doit surtout se sentir à l'aise dans la méthode choisie, mais sans pour autant ni rester dans sa zone de confort ni négliger ses enjeux immédiats.


Des contraintes de budget et de disponibilité peuvent également entrer en compte dans le choix de la formule.


L’idéal étant de pouvoir, en fonction des besoins du moment, fonctionner en alternance entre ces deux solutions : supervision collective ou supervision-mentoring d’une part et supervision individuelle à la demande d’autre part.




 

> Intéressé ?

Vous pouvez consulter nos pages dédiées à ces services en cliquant sur ces liens : SUPERVISION - SUPERVISION MENTORING

> Articles dans la même catégorie :


 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux préférés et/ou à nous laisser un commentaire :)