• Jacques Benyounes

L’impact du coronavirus sur les relations sociales et la cohésion d’équipe dans les entreprises

Le télétravail et la mise en place de mesures de distanciation sociale ont fragilisé le vivre-ensemble, la convivialité et l’efficacité collective au sein des organisations professionnelles, non seulement pendant la période de confinement mais également depuis le début du déconfinement (cf. Le Monde – Article de François Desnoyers).




Les symptômes


De fait, les mesures de distanciation sociale ont complexifié les relations entre salariés. Les échanges informels permettant la convivialité et l’entraide sont réduits. Les salariés se montrent très prudents dans leur rapport aux autres et préfèrent continuer à se protéger en évitant toute forme de relâchement. Certaines personnes évoquent même leur appréhension du contact, la distance physique et le port du masque ne participant pas suffisamment à les rassurer.


La peur reste de mise !

Le télétravail et les réunions en visioconférence ont accentué ce phénomène : le « chez soi » et l’écran protègent du monde extérieur et créent, telle une bulle, des « remparts » avec l’autre. Les relations à distance restent essentiellement professionnelles, les temps d’échanges, certes mieux structurés, se limitent la plupart du temps aux sujets de fond. La convivialité des réunions en présentiel s’est fortement éclipsée.


Nous dirigeons-nous à grande vitesse vers l’individualisation des processus et la désocialisation du monde du travail ?

Quels remèdes ?


Comment dans ce contexte préserver la cohésion d’équipe, comment resserrer les liens pour renforcer l’efficacité collective, comment maintenir le sentiment d’appartenance à un collectif, un projet, une organisation ?


Comment empêcher que de nouvelles fractures sociales viennent renforcer celles déjà existantes, telles que la distinction entre salariés ayant accès au télétravail et salariés poursuivant leur activité sur site ?


Comment conduire des projets collectifs alors qu’un roulement permanent est mis en place dans les équipes, entre salariés en « distanciel » et salariés en présentiel ? Car, comme le note Maurice Thévenet, professeur à l’ESSEC, « le travail implique une dimension relationnelle et collaborative qui a été fortement impactée durant cette période. Une visioconférence n’est pas forcément suffisante pour développer la créativité ou pour concevoir collectivement des solutions face à des situations difficiles ».


La préoccupation actuelle des Directions des Ressources Humaines est de réfléchir aux moyens de lutter contre ces menaces qui pèsent sur les collectifs de travail et parvenir à reconstituer l’unité des entreprises (cf. Propos de Benoit Serre, vice-président de l’ANDRH).


Le sujet est d’autant plus sensible dans le contexte actuel de crise économique« les entreprises vont se retrouver face à un impératif de productivité, nécessitant cohésion et fort engagement ».


Néanmoins, cela suffira-t-il à redonner confiance aux salariés, à leur redonner l’envie de renouer avec le contact aux autres, ce qui suppose proximité et désir d’être en lien ?


Jacques BENYOUNES



#jbconsultant #jacquesbenyounes #cohésiondéquipe #coachingprofessionnel #management #coachingcollectif #coronavirus


> Articles précédents :


Transformations organisationnelles – Partie 3 : témoignage et perspective

Transformations organisationnelles – Partie 2 : le rôle du dirigeant

Transformations organisationnelles – Partie 1 : la réussite des transformations

> Découvrez les différentes formes de coaching que nous proposons :


COACHING INDIVIDUEL - COACHING COLLECTIF - COACHING DE DIRIGEANT - COACHING D’ORGANISATION


Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux préférés et/ou à nous laisser un commentaire :)