• Jacques Benyounes

Le Coaching Initiatique - Partie 1

Mis à jour : nov. 16




Définition : que sont les concepts d’individuation et d’initiatique ?


Tout d’abord, qu’entend-on par processus d’individuation ?


« L’individuation est un concept-clé de la psychologie analytique du psychiatre et psychanalyste suisse Carl Gustav Jung.

L’individuation est le processus de création et de distinction de l’individu. Dans le champ de la psychologie analytique, il se rapporte à la réalisation de soi par l’accessibilité à l’archétype du Soi, par la prise en compte progressive des éléments contradictoires et conflictuels qui forment la « totalité » psychique, consciente et inconsciente du sujet.

Vers la fin de sa vie, Carl Gustav Jung le définit ainsi : « J’emploie l’expression d’individuation pour désigner le processus par lequel un être devient un IN-DIVIDU psychologique, c’est-à-dire une unité autonome et indivisible, une totalité ».

Toutefois, cette courte définition ne suffit pas à rendre totalement compte du concept d’individuation dans la théorie jungienne, qui peut être exploré en fonction de ce qui fait débat, de l’histoire de sa création, de sa nature ou de son fonctionnement. », (Définition Wikipédia).



Initiatique : de quoi parlons-nous ?


Le mot Initiatique est aujourd’hui souvent utilisé pour qualifier quelque chose qui ouvre à « un-ailleurs » différent. Ne parle-t-on pas facilement de voyage initiatique, de livre initiatique, de chemin initiatique, de posture initiatique ? Nous pouvons imaginer que cette qualification est porteuse d’imaginaire et d’espérance.

Nous pourrions y voir dans ce grand coefficient d’attractivité une réaction à l’état de désenchantement de nos sociétés actuelles et pourrions convenir que ce terme séduit et ouvre des horizons à nous hommes et femmes souvent en perte de repères et en quête de sens.

Qu’est-ce qui est initiatique ?


Au-delà de ce que certains appelleront un effet de mode qui se nourrit d’un manque, de quoi parlons-nous en fait ? Au-delà des mots, quelle réalité ? Selon ma propre expérience personnelle, qu’est-ce qui est initiatique ?

Ce qui est initiatique permet de passer d’un état de conscience à un autre


C’est ce qui permet par un bouleversement de ses croyances et certitudes personnelles, de passer d’un état de conscience à un autre, et ainsi de s’ouvrir à d’autres champs du possible, de s’éveiller à d’autres vérités, d’accepter d’autres réalités, de se décaler par rapport à son quotidien qui paraissait immuable et vrai, de se recentrer sur son être profond et en même temps de permettre d’avoir une vue plus holistique du monde et des êtres qui nous entourent. Ce qui est initiatique sous-entend une rupture avec un passé enfermant et une projection vers une compréhension élargie du monde. Ce qui est initiatique invite à une sortie du superficiel et des apparences pour tenter de réintégrer son être dans toutes ses dimensions et retrouver son moi profond.

Ce qui est initiatique invite à une quête pour comprendre « qui je suis »


Ce chemin à parcourir, cette quête personnelle nous invite à comprendre qui nous sommes, ce que nous sommes, notre nature et notre interaction avec la chaîne de l’humanité passée, présente et à venir. Autant de questions existentielles qui habitent l’Homme et dont les réponses ne sont pas seulement dans la raison, le raisonnement et l’intellect, mais aussi dans le sensible, l’intuition et le cœur.


« Ce qui est initiatique provoque un mouvement global de l’être dans ses différentes réalités. »

Et qu'en est-il de la démarche initiatique ?


Quand nous parlons de démarche initiatique, nous parlons de quête profonde, intérieure, intime et dont la seule espérance n’est pas dans la réponse aboutie à cette quête (l’aurons-nous un jour ?), mais dans la démarche d’ouverture et de rupture qu’elle offre.

Initiatique ou initiation, y-a-t’il vraiment une différence ?


Il faut remarquer que lorsque nous évoquons cet adjectif « initiatique », il s’agit de qualifier un objet ou une démarche. Plus rarement est évoqué le terme d’initiation qui évoque peut-être dans notre inconscient d’homme moderne, quelque chose de plus enfermant, voire de sulfureux comme des cérémonies d’un autre âge qui subordonnent l’individu au groupe, voire à un Maître, ou pire… Alors que l’adjectif initiatique induit une quête personnelle volontariste par le truchement d’un objet ou d’une démarche choisie et maîtrisée, en contrepartie l’initiation peut paraître plus dangereuse dans la mesure où le support peut prendre le pas sur la finalité.

Et pourtant ne pouvons-nous faire une autre lecture et considérer que l’initiation est à la fois un processus et un moment, le moment formel qui ouvre le passage d’un avant à un après différent, et la démarche initiatique, quant à elle, couvrant pour sa part l’avant, l’instant et l’après ?


L’initiation, tout au long de l’histoire des Hommes, a toujours recélé et révélé deux fonctions agissant séparément, voire simultanément selon les groupes, les époques et les finalités recherchées.

Les 2 fonctions de l’initiation dans la démarche initiatique :


Nous pouvons identifier une première fonction dite d’intégration. Tous les groupes humains, sociaux reproduisent des rites et des codes propres à un groupe, dont la fonction est celle de recevoir et reconnaître comme un élément du groupe, un impétrant et « tenir à l’écart » ceux qui ne sont pas admis. J’évoquerai les initiations tribales qui font de l’enfant un homme admis dans le groupe des « mâles », mais aussi tous les rites d’initiation que créent les sociétés y compris modernes : l’école avec ses règles et ses degrés, l’université avec ses concours, examens et cérémonies de remise de diplômes, feu le service militaire et ses fonctions d’intégration et de dépouillement du statut civil pour délivrer une égalité par l’uniforme, la justice avec ses rites et décors, les cérémonies religieuses avec ses étapes de progressions spirituelles en même temps que d’accession à un degré de maturité signe de reconnaissance par le groupe, … Cette fonction s’inscrit dans le champ du collectif.


La seconde fonction de l’initiation est différente dans sa forme et dans sa finalité. De collective, elle devient individuelle et son but n’est pas d’intégrer et de reconnaître un impétrant comme membre d’un groupe, mais au contraire par une démarche personnelle et intime, de favoriser un processus de libération, de sortir comme disent les orientaux de la « roue de l’angoisse ». Les initiations ont toujours, par une quête personnelle intime et intérieure, la vocation à la quête de la Vérité, au dépassement de soi.

Les initiations modernes de ce type aspirent à une compréhension de la place et du rôle de l’Homme dans l’univers et de la nature de l’humanité. Elles ont pour vocation à rassembler et mettre en cohérence l’Homme dans sa dimension sociale et spirituelle, à en faire un élément singulier tout en faisant partie d’un tout, comme un maillon fait partie d’une chaîne.

C’est de cela dont nous parlons quand nous faisons référence au processus d’individuation, concept déployé par Carl Gustav Jung.

La première partie de cet article prend fin ici. La deuxième partie, qui paraîtra au début du mois de janvier 2021, développera le concept de Coaching Initiatique comme approche et démarche d’accompagnement intégrant le principe initiatique.

Jacques BENYOUNES


> Articles précédents :

> Nos services de coaching et d’accompagnement :

COACHING INDIVIDUEL - COACHING COLLECTIF - COACHING DE DIRIGEANT - COACHING D’ORGANISATION - CODEVELOPPEMENT - SUPERVISION DE COACH

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux préférés et/ou à nous laisser un commentaire :)